formation

Formation au shiatsu intégratif

 

 La force de cette formation unique de shiatsu intégratif réside

dans un accompagnement  individuel précis et adapté

qui favorise l’émergence de la prise de conscience des ressentis de la perception énergétique.

 

Des retours précis sur  la justesse de leur toucher tout au long des cours
favorise pour les élèves l’acquisition de repères stables
et  la confiance dans leur pratique.

 

Ceci est facilité par le  travail en petits groupes.

 

Cursus

 

Pour un objectif non professionnel :

 

Pour une dimension de développement personnel,
pratiquer un shiatsu en famille ou avec des amis,
6 stages consécutifs de 20H donnent un éventail pratique complet

avec un complément théorique  utilisable au quotidien.

 Vous pouvez pratiquer rapidement un shiatsu de base simple pour

votre bien-être, pour en faire bénéficier vos proches.

 

Pour un objectif professionnel :

 

Pour obtenir une validation de cette formation dans une perspective professionnelle,

il est nécessaire de faire 12 stages sur 3 ans, soit un cursus de 240H.

Une pratique personnelle suffisante est indispensable pour passer les examens pratiques.

 

Cette validation est un diplôme d’école qui vous permet
de pratiquer professionnellement avec un numéro de Siret
et de prendre une assurance responsabilité civile professionnelle.

 

Il y a dans ce parcours des apprentissages variés

dont certains ne sont pas enseignés dans d’autres école de shiatsu en France.

 

L’enseignement proposé vous amène à  bon  niveau de pratique
en raison du contenu très large et de la pédagogie personnalisée efficace et créative.
Le temps disponible pour l’attention à chacun/e favorise
une progression rapide et la confiance dans la pratique.

 

L’Ecole n’est pas agréée par Le Syndicat National de Shiatsu Professionnel.

Ce cursus pourra néanmoins être pris en compte
pour les Validation des Acquis par l’Expérience
par Le Syndicat National de Shiatsu Professionnel .

 

 

Le shiatsu intégratif

 

Le shiatsuki se connecte avec le jusha physiquement, énergétiquement,

avec sa conscience de la manière la plus appropriée aux besoins du jusha à l’instant où cette connexion se fait .

La notion de connexion est plus adaptée et plus complète que celle de pression physique.

La palette de la connexion est large, avec un dosage adapté

de la pression physique parfois puissante, parfois douce,

et de la connexion énergétique avec » l’intention », la conscience.

La palette spatiale est large : du point d’un méridien au corps global et

jusqu’au champ énergétique du jusha.

La palette temporelle est large également :

depuis des pressions rythmées jusqu’à à des écoutes longues

d’un point, d’une zone, d’une réaction kyo-jitsu…..

L’essentiel est l’écoute du patient et de son corps-émotion-esprit :

le corps, les flux énergétiques des méridiens, les zones et les flux internes, le champ.

Cette écoute amènera des informations sur les perturbations

des zones, des tissus, les méridiens, de l’interne et du champ, et amènera la connexion juste.

Le Shiatsu contribue à refaire circuler les flux naturels, dans les méridiens et le corps entier.

Le shiatsuki accompagne le jusha vers une écoute de lui-même qui permet

un lien plus harmonieux avec lui-même et le monde.

Voici succinctement ces différents aspects et les éléments de cette palette 

qui sont reliés, se rejoignent et forment un tout dans la pratique :

La résonance avec l’autre en tant que personne unique et le travail avec la globalité

en écho avec le Seiki et l’écoute active notamment en psychologie.

L‘écoute des différents plans du corps-esprit lors de la connexion énergétique à l’autre.

Le travail avec le champ énergétique que j’ai découvert et exploré avec une praticienne

en orthobionomy Nadine Jaquemin :

ce travail rejoint le travail de Pauline Sasaki, de Carola Beresford Cooke et Cliff Andrews.

Dans le domaine du champ énergétique, le travail spécifique sur l’enveloppe du jusha

avec l’énergie de la forme du corps du shiatsuki :

présence à la peau et autour du corps du jusha avec tout le corps du shiatsuki

avec une posture qui résonne pleinement avec le jusha.

L’écoute des zones et des flux énergétiques dans le corps,

évoqué par Masunaga, qui ouvre progressivement au développement de l’écoute profonde interne dans la lenteur.

Le travail local sur une zone problématique.

la connexion consciente des tissus qui peut apporter des nuances qualitatives intéressantes dans un travail local sur les zones, et la connexion des méridiens.

La précision et la justesse dans les nuances de connexion des méridiens.

Cette recherche est reliée à l’approche de Masunaga, et nourri par le travail profond sur les méridiens développé par Wilfried Rappenecker.

Dans cet aspect de la connexion des méridiens,

j’ai réalisé que la connexion de différents méridiens entre eux,

en créant une sorte d’harmonique, était fertile.

J’ai développé ce travail, exploré les connexions possibles dans toutes les zones du corps.

J’ai appellé cet aspect du shiatsu intégratif : « shiatsu interméridiens »

 

 

J’appelle « shiatsu intégratif », un shiatsu qui intégrerait des éléments de cette palette,

dans un cheminement conscient dans la séance, en résonance avec les besoins du jusha.

La pleine conscience de soi, du jusha et des mouvements énergétiques

en cours lors de chaque moment de la séance amènera des associations de connexions et des nuances créatives

adaptées à chaque instant aux besoins du receveur.

L’essentiel est d’élargir la conscience des différents plans du corps-esprit, et leurs liens,

en soi-même et en connexion avec le jusha. C’est un cheminement sans fin.